SEMAINE INTERNATIONALE DE L’INVESTISSEUR AU CAMEROUN

Le lancement de la première édition de la Semaine Internationale de l’Investisseur s’est tenu le 2 octobre 2017 au siège du Groupement Inter Patronal du Cameroun (GICAM), organisée par la Commission des Marchés Financiers du Cameroun (CMF). Jérôme MINLEND, PDG de CAC International, a participé en tant qu’expert panéliste de la fiscalité boursière camerounaise.

Cette année, la Semaine Internationale a eu pour thème « Protéger les investisseurs pour un marché financier dynamique ».

La première journée a été inaugurée par M. ELUNG Paul CHE, Ministre Délégué auprès du Ministre des Finances. Dans son propos introductif, M. ELUNG a souligné la nécessité de développer le marché des valeurs mobilières au Cameroun, outils de financement de l’économie.  Le Président de la CMF M. Jean Claude NGBWA a quant à lui fait un bref état du marché boursier Camerounais et relevé que, malgré un encadrement juridique et fiscal, la Douala Stock Exchange (DSX) tarde à émerger. Ainsi, dans le but de redynamiser ce secteur, il a défini comme cible les investisseurs, acteurs majeurs dans le fonctionnement du marché primaire et secondaire de la bourse.

Différentes thématiques ont été abordées : Quels produits d’investissements pour quels investisseurs – Gouvernance d’entreprise et protection de l’épargnant – Droits et obligations des investisseurs – Avantages fiscaux sur les investissements en valeurs mobilières. Ces thématiques ont fait l’objet de riches enseignements et débat à travers différents panels composés de Professeurs d’université, de Magistrat, d’Avocat, d’experts financiers et comptables.

Intervenant sur « les avantages fiscaux sur les investissements en valeurs mobilières », Jérôme MINLEND a fait un état de la fiscalité boursière camerounaise en présentant ses avantages et ses limites. Dans une approche comparative, il a mis en relief les convergences et les divergences entre le régime fiscal boursier camerounais et celui applicable à la BVMAC avant de procéder à une comparaison avec la fiscalité applicable à la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) de l’Afrique de l’Ouest. Le constat est que le Cameroun offre des incitations fiscales dans le secteur boursier mais subit une concurrence de la BRVM dont les incitations fiscales sont plus axées sur le revenu tiré du capital.  

Pour conclure son intervention, le PDG de CAC a souligné le manque de dynamisme du marché des valeurs mobilières au Cameroun et de la DSX ne résulte pas seulement de la variable fiscale mais de l’existence d’autres facteurs, notamment la faible communication et la problématique de la transparence des informations qui constituent des pesanteurs au décollage effectif de la bourse camerounaise.

Nous vous prions de trouver ci-après le support de l’exposé de Jérôme MINLEND ainsi que les images de l’évènement.

Bon visionnage !

Télécharger (PDF, 1.68MB)